Tribunes libres

         Vous trouverez au sein de cette rubrique des tribunes libres et traductions proposées par des chercheurs associés de l’Institut-Mirabeau. Attaché à la confrontation des idées et à leurs libres expressions, l’Institut souhaite approfondir certains sujets et émettre des pistes de réflexion parfois à contre-courant des politiques publiques traditionnellement expérimentées en France.

Universitaires, professeurs, avocats, experts des questions de sécurité, les chercheurs associés de l’Institut-MIRABEAU, s’exprimant ici, concourent au débat contradictoire au sein de notre structure. Toutefois, ces tribunes et traductions ne reflètent pas une prise de position officielle de l’Institut.

Par ailleurs, les problématiques de sécurité étant interconnectées, un think tank se doit de s’inscrire dans la dynamique internationale des laboratoires d’idées. Ainsi l’Institut-Mirabeau a noué de nombreuses collaborations internationales avec d’autres think tanks permettant de partager les analyses, de réaliser des travaux en commun et de disposer d’excellents relais de compréhension. Cette rubrique concoure à cette ambition de dialogue.

micro
micro

La situation post-ouragan à Saint-Martin : la question de la légitime défense en cas de défaillance de la puissance publique

Par Rose, chargée de mission juridique à l’Institut Mirabeau

Profitant de cette situation, des bandes de pillards se sont formées, « parfois composées d’une centaine de personnes ». La porte-parole de la police, le lieutenant-colonel Karine Lejeune affirme que certains d’entre eux sont armés. Les forces de l’ordre ont par ailleurs effectué « quelques saisies d’armes de poing, mais surtout de coupe-coupe, machettes et couteaux« …

consultable sur : http://institut-mirabeau.org/saint-martin-habitants-sorganisent/

fl_marque_michel_nf

La situation post-ouragan à Saint-Martin : la question de la légitime défense en cas de défaillance de la puissance publique

Par Michel Marque est juge de proximité à Pontoise depuis 2014. Auparavant, il a été militaire de la Gendarmerie Nationale puis avocat, Dalloz

« Le choix des mots est un élément essentiel dans une bonne compréhension de la règle de droit pour les professionnels qui l’utilisent mais surtout pour tous les justiciables.

Les derniers événements qui mobilisent les policiers tous les soirs dans la rue ont fait ressurgir le serpent de mer de la légitime défense. (…) »

20151116_152441-1

" Militaires : ouvrons le port d’arme pour la sécurité de tous "

Par Pierre Maxime SARRON, Directeur de l’Institut Mirabeau, chercheur en droit à l’Université de Grenoble

À l’heure où le projet de loi « sécurité publique » poursuit sa navette parlementaire, l’agression d’un militaire au Carrousel du Louvre met en lumière l’impérieuse nécessité d’harmoniser notre législation….

consultable sur : https://www.contrepoints.org/2017/02/07/280320-militaires-flexibilisons-riposte-ouvrons-port-darme

AAEAAQAAAAAAAAeyAAAAJDAwNDBiMDE4LTU2MjktNDQyZi1hOTQ2LTU0MWNkZWJlOGRiZQ

" PORT D’ARME EN ISRAËL; Modèle de résilience armée ? "

Par BENHAMOU SACHA, élève-avocat

Le 8 janvier 2017, un conducteur de camion percute délibérément plusieurs personnels militaires de la FDI occasionnant 4 morts et 17 blessés. Lors de ce nouvel attentat à Jérusalem un civil, guide touristique, sera le premier à ouvrir le feu pour neutraliser le conducteur. Un événement mettant en lumière le régime juridique d’utilisation des armes en Israël…

D. Theillier

Damien Theillier-32

Philosophe  français, fondateur de l’Institut Coppet et de l’École de la liberté

M. HUEMER

Michael_Huemer

Professeur de philosophie à l’Université du Colorado, Boulder.

"Deux problèmes liés à la prohibition des armes"

Par le Professeur Michael Huemer
Traduction, précédée d’une introduction, par Damien Theillier et Qi Log

La plupart de mes collègues académiques semblent avoir une aversion viscérale pour les armes. Beaucoup, peut-être la plupart, aimeraient voir la possession d’armes bannie  pour les particuliers. Je pense que cette position n’est pas fondée, ni d’un point de vue  empirique, ni  d’un point de vue moral. Si nous suivions les leçons que nous (les chercheurs en sciences sociales) essayons de donner à  nos élèves, nous ne serions pas si certains des bénéfices de l’interdiction des armes. Si nous appliquons les principes moraux que nous acceptons dans d’autres contextes, nous ne serions pas si vifs à  effacer les droits des propriétaires d’armes. Comme la plupart des sujets controversés…